Multi-passes

Tonton était un cinéaste militant. Il tournait lui-même de petits films que la famille rassemblée regardait le dimanche sur le magnétoscope familial. Quand il avait commencé dans les années 60, avec le super 8, la durée des bobines et leur coût limitaient un peu son inspiration. A coups de trois minutes de mariages ou de premières communions, c’était plutôt amusant. Mais avec l’arrivée de la vidéo, les séances dominicales  avaient tourné à la torture. Non seulement il fallait supporter pendant des heures les cadrages acrobatiques qui nous donnaient le mal de mer, mais les scénarios de ses histoires avançaient à la vitesse d’un escargot cacochyme.

Sa seule véritable réussite, bien involontaire, fut un porno maison tourné avec la seule participation de ma tante Henriette. Ce chef d’œuvre de sérendipité portait le titre subtil de Multi-passes et racontait la vie dans une maison close ou Tante Henriette jouait tous les rôles : la mère maquerelle embijoutée et, grâce à divers accessoires et perruques, toutes les pensionnaires. Voir Tatie se trémousser à demi-nue en kimono ou seulement vêtue d’une toque de fourrure, baragouinant du chinois ou du russe, ça valait le détour, mais le clou du spectacle était son apparition en lolita de cent kilos, avec tresses blondes en pure laine et jupe plissée. Un parapluie jouait dans cette séquence un rôle sur lequel nous ne donnerons pas plus de détails. Bien sûr Tonton jouait l’unique client, ce qui nous fit découvrir avec ébahissement l’étendue de ses dons naturels.

Hélas, l’oncle n’était plus là pour recueillir nos applaudissements. Et c’est sa veuve éplorée qui nous fit don du carton de cassettes sans se souvenir que s’y trouvait encore ce bijou de l’érotisme français.

 

Les mots du jour : Parapluie Escargot Baragouiner Magnétoscope Militant Lolita Sérendipité Multipass Cadrage.
Tous les textes sur le blog de Popins : https://popinsetcris.wordpress.com/2018/05/08/8-05-une-contrainte-qui-baragouine/

4 commentaires sur “Multi-passes

Ajouter un commentaire

  1. Dans les greniers, on peut faire de jolies trouvailles,
    qui nous révèlent qu’à n’importe quelle époque,
    le sexe existait, et existera encore, je l’espère.
    Tante Henriette savait jouer nombres rôles apparemment,
    pour le bonheur du tonton et de sa caméra super 8,
    et bien évidemment de ceux qui ont découvert ce trésor.
    Très bien raconté, une nouvelle fois, Nicolas.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :