Cosplay

Je n’avais pas revu Violette depuis nos années de fac. J’eus un peu mal à la reconnaître. Elle autrefois si fière de ses jambes parfaites, abonnée aux jupes courtes et aux shorts minuscules, portait une longue robe blanche, ses cheveux tressés en macarons sages. Pourtant l’épithète « charmante » si souvent galvaudée lui allait toujours à ravir, la discrétion du maquillage la rajeunissait plutôt. Je pensai d’abord qu’elle avait rencontré Dieu ou qu’elle était tombée sous l’emprise d’une secte, même si elle restait diablement sexy sous ses atours de vestale. Nous engageâmes la conversation comme deux personnes qui n’ont plus grand-chose à se dire. Je craignais surtout de faire un faux-pas en évoquant sa tenue. Elle finit pas le comprendre et éclata de rire.

— Je vais à une soirée cosplay. Je suis la princesse Leïa de Star Wars ! Tu es libre ce soir ? Ce serait si gentil de venir avec moi ! Le copain qui devait m’accompagner s’est fait une entorse, mais on a le temps de passer chez lui et d’emprunter son costume. Allez, dis oui !

J’étais libre comme l’air, et j’accédai aussitôt à sa prière. Etait-il possible qu’après tout ce temps il me soit donné de réaliser mon rêve ? Violette toute à moi, sans l’abominable Jean-Luc dont apparemment elle s’était séparée ! Après quelques déambulations dans le quartier nous finîmes par trouver le studio de l’ami en question qui me livra le costume dans un énorme sac fermé avec mille recommandations parce qu’il l’avait loué fort cher. J’aurais dû remarquer que son entorse ne le gênait pas trop pour marcher.

C’est seulement plus tard, étouffant sous la fourrure de Chewbacca, en serrant la main d’un Jean-Luc engraissé sous le costume de Darth Vader que je me posai la question : est-ce qu’au moment de m’engager dans cette galère je jouissais encore de toutes mes facultés ?

Les mots du jour : violette, macaron, emprise galvaudé, prière, diablement, jouir, déambulations, libre.
Tous les textes sur le blog de Popins : https://popinsetcris.wordpress.com/2018/04/23/23-04-une-contrainte-diablement-jouissive/
Publicités

Sous la table

Connais-tu les biscuits qu’on nomme boudoirs, cette friandise légère et un peu fade ? Ma grand-mère champenoise en avait toujours une boîte prête ainsi qu’une bouteille de champagne au frais à toute occasion ou sans occasion spéciale puisque le vin venait de nos cousins et ne coûtait pas cher. Enfant, j’avais le droit de tremper le biscuit tendre dans les coupes des grands. Il fondait alors sous la langue en gardant un peu du pétillement du vin. Déjà « l’ami qui soigne et guérit » me faisait la tête légère et une vague tendresse au creux du ventre.

Ce devait être l’été de mes huit ans, j’avais dû vider en secret une coupe entière, ou peut-être me l’avait-on permis. Je ne sais quel vague désir m’avait fait m’agenouiller sur le tapis de la salle à manger et pousser ma petite voiture jusque sous la table où les convives riaient fort. Dans l’ombre, caché par les plis de la nappe, je restai longtemps en contemplation devant les genoux lisses de ma jeune tante Oriane qui à la faveur de ses mouvements me laissait apercevoir la dentelle de soie pastel de ses dessous. Hélas la main de ma mère me tira rudement de mon refuge et de ma douce rêverie et une gifle retentissante me ramena à la réalité. Je me souviens encore aujourd’hui du regard compatissant qu’Oriane m’avait lancé. M’avait-elle deviné ? M’avait-elle délibérément offert ce cadeau ? Plus tard, adolescent, je jouai souvent avec ce souvenir, l’embellissant à chaque fois, faisant de ma jolie tante l’une des esclaves dociles de mes plaisirs imaginaires.

Être trois

La blonde et la brune. Le temps que j’ai mis pour admettre que je vous avais perdues, vous deux qui étiez mon amante ultime et double. Le chant du cygne n’est qu’une légende, le beau nageur meurt en silence, comme le font les oiseaux. Ce n’est pas Marcel mais Swann que j’ai gravé sur mon épaule. Lui que le prince de Galles appelait Sir, sur qui Paris réglait ses élégances, le cœur brisé par une femme « qui n’était même pas son genre ». Vous, mon phalanstère, étiez « mon genre » au-delà de tout fantasme. Il m’arrive de croire que je vous ai créées.

Toi la brune, peut-être me lis-tu encore. Te souviens-tu de cette nuit-là ? J’étais sur ma terrasse, sous les étoiles, et aussi par les ondes avec vous dans le lit sous les toits, écoutant vos soupirs, vos rires aux éclats où perlait le plaisir de vos découvertes. Je souriais, j’étais serein, ce bonheur inattendu me rafraîchissait comme un bain de jouvence. Je savais que la suite amènerait les épreuves et la souffrance, mais c’était loin.

Les mots du jour : Paris, blonde, brune, suite, rire aux éclats, chant du cygne, perles, bain, Sir.
Tous les textes sur le blog de Popins : https://popinsetcris.wordpress.com/2018/04/19/19-04-une-perle-de-contrainte/

Détournement

Il s’éveille en sursaut au beau milieu de la nuit, le cœur battant, les tempes enserrées dans un cerceau de fer, tout son corps baigné de sueur. Il allume la lampe, se frotte les yeux. Près de lui sa femme continue à dormir. Il essaie de toutes ses forces de repousser les assauts du cauchemar, de maîtriser les sauts désordonnés de son cœur qui semble vouloir s’échapper de sa poitrine. Enfin il retrouve assez de calme pour poser ses pieds nus sur les carreaux froids.

Il ouvre les volets. La pleine lune sculpte des ombres nettes dans les arceaux de la glycine. Demain les comptes seront contrôlés, et ses malversations seront découvertes. Comment a-t-il pu être assez sot pour détourner à son profit l’argent de la Boule Joyeuse ? Comment pourrait-il paraître à nouveau au grand jour, frappé du sceau de l’infamie ? Lui, dont la probité n’a jamais fait aucun doute, sera-t-il demain montré du doigt, déshonoré ? Sa décision est prise. Dans la chaufferie, un tuyau bien placé fera l’affaire. Dressé sur la pointe des pieds sur un seau à charbon, il assure son nœud.

Dans les comptes de l’asso, dix-huit euros et quinze centimes ne trouveront jamais de justificatif.

Les mots du jour : sceau, assaut, sursaut, seau, cerceau, asso, saut, arceau, sot.
Tous les textes sur le blog de Popins : https://wordpress.com/read/feeds/74738223/posts/1830830011

Au bois

Au beau milieu de ton bois j’ai

Vu le corbeau robe de jais

Et le vol zigzaguant du geai

Coupant les sentes d’un seul jet.

 

On dit que le geai parfois miaule

Quand tu me rejoins dans ma piaule

Et que souvent même il hennit

Quand on se serre au fond du nid

D’aucuns disent qu’il frigulote

Ma main glisse dans ta culotte

Et quand le bel oiseau cajacte

C’est ma langue qui passe à l’acte

Le joli corvidé cajole

Et tes soupirs si doux m’enjôlent

A l’abri des houx quand il glousse

Le lit gémit sous nos secousses

Et si d’aventure il cacarde

Au bord du bonheur on s’attarde

Abandonnons-nous à l’extase

Sans écouter l’oiseau qui jase.

Les mots du jour : friguloter, cajacter, miauler, hennir, cajoler, glousser, cacarder, jase, geai.
Tous les textes sur le blog de Popins : https://wordpress.com/read/feeds/74738223/posts/1826813941
Image : Corneille – Nu rouge à l’oiseau

La bibliothèque érotique des Oulimots

Les livres de l’abbaye, compilés par frère Nicolas. Liste en chantier, ce n’est qu’une première ébauche ! Les suggestions sont acceptées.

  • ***   Le portier des chartreux     (fiction)
  • ***   LOVE – Le grand livre de l’amour   (essai)
  • APPOLINAIRE, Guillaume  – Les onze mille verges (fiction)
  • Appolinaire, Guillaume  – Les exploits d’un jeune Don Juan (fiction)
  • Balzac, Honoré de – Physiologie du mariage     (fiction)
  • BANKS, Maya – A bout de souffle 1 – Maîtrisée  (fiction)
  • BANKS, Maya – A bout de souffle 2 – Dominée    (fiction)
  • BANKS, Maya – A bout de souffle 3 -Capturée    (fiction)
  • BANKS, Maya – A fleur de peau 1 – Rush   (fiction)
  • BANKS, Maya – A fleur de peau 2 – Fever  (fiction)
  • BANKS, Maya – A fleur de peau 3 -Fire    (fiction)
  • Barret, Sylvie – Demandez-moi la lune    (fiction)
  • BATAILLE, Georges – Histoire de l’œil    (fiction)
  • Bert, Anne – Perle      (fiction)
  • Boccace – Le Décaméron  (fiction)
  • Bussy Rabutin (de) Roger – Histoire amoureuse des Gaules
  • CASANOVA, Giacomo – Histoire de ma vie   (récit)
  • Cavalier, Emma – Le manoir   (fiction)
  • Cellard, Jacques  – Flora la belle Romaine     (fiction)
  • Cellard, Jacques  – Souvenirs d’une gamine effrontée (fiction)
  • CHAUCER, Geoffrey – Les contes de Canterbury   (fiction)
  • COELHO, Paulo – Onze minutes (fiction)
  • Colette – L’ingénue libertine (fiction)
  • Collectif – Cahier d’exercices pratiques (ebook)
  • Day, Sylvia – Si vous m’embrassez  (fiction)
  • Deafly, Alexia – Mutine (fiction)
  • Delambre, Eva – Devenir sienne     (fiction)
  • Desforges, Régine – Contes pervers (fiction)
  • Despentes, Virginie – Baise-moi    (fiction)
  • Diderot, Denis – Les bijoux indiscrets   (fiction)
  • Domino – Enchaînée 1 – Loin de nos chaînes     (fiction)
  • Domino – Enchaînée 2 – Nous sommes nos chaînes (fiction)
  • Domino – Enchaînée 3 – Brisons nos chaînes     (fiction)
  • Domino – Enchaînée 4 – Le poids de nos chaînes (fiction)
  • Du Prat, Abbé – Vénus dans le cloître    (fiction)
  • Dupouy, Alexandre – Anthologie de la fessée et de la flagellation      (fiction)
  • Duries, Vanessa – Le lien    (fiction)
  • Enard, Jean-Pierre      Contes à faire rougir les petits chaperons     (fiction)
  • Esparbec – La foire aux cochons    (fiction)
  • James, Lorelei – De main de maître 1 – La novice     (fiction)
  • James, Lorelei – De main de maître 2 – L’initiée     (fiction)
  • James, Lorelei – De main de maître 3 – L’experte     (fiction)
  • James, Lorelei – De main de maître 4 – La maîtresse  (fiction)
  • James, Lorelei – Le maître des cordes    (fiction)
  • Jodorowsky, Alejandro – Borgia     BD
  • Joyce, James – Lettres à Nora (lettres)
  • Kawabata, Yasunari – Les belles endormies (fiction)
  • La Fontaine, Jean de – Contes et nouvelles en vers   (fiction)
  • Lawrence, D. H. – L’amant de Lady Chatterley   (fiction)
  • Leleu, Gérard – La caresse de Vénus – Les rêves secrets du clitoris    (essai)
  • Leleu, Gérard – L’art de bien dormir à deux    (essai)
  • Leleu, Gérard – L’art de la fellation L’art du cunnilingus (essai)
  • Leleu, Gérard – Le Traité des caresses   (essai)
  • Leleu, Gérard – Le Traité des orgasmes   (essai)
  • Leleu, Gérard – Le Traité du désir (essai)
  • Leleu, Gérard – Le Traité du plaisir     (essai)
  • Louÿs, Pierre – Aphrodite    Poésie
  • Louÿs, Pierre – Les chansons de Bilitis  Poésie
  • Louÿs, Pierre – Manuel de civilité pour les petites filles à l’usage des maisons d’éducation (fiction)
  • Louÿs, Pierre – Trois filles de leur mère (fiction)
  • Manara, Milo – Le déclic     BD
  • Manara, Milo – Le Kama Sutra BD
  • Manara, Milo – Le parfum de l’invisible  BD
  • Manara, Milo, Enard, Jean-Pierre – L’art de la fessée      BD
  • Marx, Nina – Prétentieux, insolent mais irrésistible (fiction)
  • Maupassant, Guy de – A la feuille de rose, maison turque   (fiction)
  • Mercier de Compiègne, Claude-François-Xavier – Éloge du sein des femmes
  • Miller, Henry – La crucifixion en rose 1 – Sexus     (fiction)
  • Miller, Henry – La crucifixion en rose 2 – Plexus    (fiction)
  • Miller, Henry – La crucifixion en rose 3 – Nexus     (fiction)
  • Millet, Catherine – La vie sexuelle de Catherine M.  (fiction)
  • Millot, Michel – L’Escole des Filles ou la Philosophie des dames (fiction)
  • Mirabeau – Le rideau levé ou l’Education d Laure     (fiction)
  • Murakami, Ryu – Ecstasy (fiction)
  • Nabokov, Vladimir – Lolita   (fiction)
  • Nin, Anaïs – Vénus érotica   (fiction)
  • Ovide – L’art d’aimer   (essai)
  • Petrone – Satyricon     (fiction)
  • Quevedo, Francisco de – Heurs et malheurs du trou du cul   (fiction)
  • Réage, Pauline – Histoire d’O (fiction)
  • Restif de la Bretonne – L’anti Justine   (fiction)
  • Rey, Françoise – La femme de papier (fiction)
  • Rey, Françoise – L’amour en marge  (fiction)
  • Reyes, Alina – Le boucher    (fiction)
  • Rolin, Dominique – Journal amoureux (fiction)
  • Sacher-Masoch, Leopold von – La Vénus à la fourrure  (fiction)
  • Sacher-Masoch, Leopold von – Les batteuses d’hommes  (fiction)
  • Sade (de), D. A. F. – Histoire de Juliette     (fiction)
  • Sade (de), D. A. F. – Justine ou les malheurs de la vertu  (fiction)
  • Sade (de), D. A. F. – La philosophie dans le boudoir (fiction)
  • Sade (de), D. A. F. – Les 120 journées de Sodome     (fiction)
  • Salten, Felix – Josefine Mutzenbacher    (fiction)
  • Sand, George – Elle et lui   (fiction)
  • Simmonds, Posy – Gemma Bovery BD
  • Tanagra, Stella – Les dessous de l’innocence   (fiction)
  • Teulé, Jean – Héloïse, ouille !    (fiction)
  • Van Der Mersch, Maxence – Corps et âmes  (fiction)
  • Vatsiyayana – Le Kama Sutra
  • Verville, Béroalde de – Le moyen de parvenir   (fiction)
  • Villiers de l’Isle-Adam – Isis     (fiction)

 

 

 

 

 

 

Terrain vague

Tu me parles de fidélité et aussitôt je me souviens d’un terrain vague où nous nous retrouvions souvent. C’était le temps des mobylettes, le temps de notre première adolescence. Les filles s’y montraient parfois, mais elles nous tenaient à distance, restaient en groupes serrés, lointaines, impénétrables, et nous prenions pour mélancolie nos désirs vagues, pour de l’amour les courants que la nature poussait en nous. Nous fumions nos premières cigarettes, buvions de la bière en bouteilles consignées, sur les capots rouillés des carcasses de voitures. Chacun prenait la pose, tâchant d’avoir l’air blasé, déjà lassé de tout. L’apparence nous semblait l’unique critérium de la séduction. L’enfance était si proche, comme un duvet à secouer. Toujours ensemble, toujours nous mesurant les uns aux autres comme des chiens dans une meute. Personne ne pensait au bonheur, il allait de soi, il était devant nous, dans l’état rêvé d’adulte vers lequel nous allions. Être libre comme une évidence, prendre le mors aux dents, brûler sa vie.

Aujourd’hui têtes grises, ils sont toujours là. Ceux qui restent, parce que le vent mauvais a pris sa part. Mes amis.

 

Les mots du jour : fidélité, bière, carcasse, bonheur, brûler, mors, critérium, chien, mélancolie.
Tous les mots sur le blog de Popins : https://popinsetcris.wordpress.com/2018/04/06/06-04-une-carcasse-de-contrainte/